Les principales morphologies féminines

Chez Fitle, nous avons une conviction simple : il n’est pas possible d’aider individuellement chaque consommateur à propos de sa taille et de sa coupe sans parfaitement connaître son corps.

C’est là que la morphologie entre en ligne de compte : elles peuvent être très différentes à âge, taille et poids équivalents.

Aujourd’hui, nous parlerons de morphologie féminine.

La morphologie féminine fait couler beaucoup d’encre. Entre les marques, les influenceurs, les consommateurs et les organismes publics, tout le monde a son idée de ce que les différentes morphologies féminines sont ou de ce qu’elles doivent être. Certaines émissions ont même favorisé leur diffusion auprès du grand public. “Nouveau look pour une nouvelle vie” présenté par Cristina Cordula est l’un des derniers exemples les plus connus en France.

Le problème est qu’aujourd’hui, on mélange un peu tout en parlant de morphologies “8”, ”X”, “mesomorph”, “poire”, “sablier”, “triangle inversé”, “cuiller”…

Or comme chez Fitle notre métier est de prédire la taille qui conviendra le mieux à chaque individu, cette notion est bien évidemment fondamentale pour nous et il nous est impératif d’obtenir des résultats fiables. Pour être certains de prendre en compte la morphologie de la meilleure des façons, nous nous sommes basés sur les recherches scientifiques les plus rigoureuses sur le sujet. Aujourd’hui, nous nous basons sur le référentiel FFIT (pour Female Figure Identification Technique) qui est le plus scientifiquement exact (protocole et résultats).

En croisant la méthode FFIT avec la base de données morphologique de Fitle, nous avons pu établir une segmentation de la population féminine selon les principales morphologies :

Les conclusions sont très éloquentes et montrent que les mythes existent !

Il apparaît par exemple que les morphologies en “sablier – bas” et en “rectangle” représentent environ 77% de la population ! A l’inverse, les morphologies en “O” et en “V” sont très rares chez les femmes. Pire, une femme considérée comme “forte” ou “corpulente” n’a que très rarement une forme en “O”. Un autre mythe que ce référentiel nous a permis de dissiper concerne les épaules : contrairement à ce que l’on pourrait penser, la largeur d’épaules varie très peu chez les femmes.